Actualités

Monster Energy essaie d’intimider les développeurs indépendants pour qu’ils n’utilisent pas le mot « monstre », mais a choisi le mauvais type à attaquer

Photo of author

Publié par Dylan Lafarge

Publié le

« Ils possèdent aussi les couleurs vert et blanc apparemment. »

Monster Energy est une marque de boissons énergisantes omniprésente, désormais détenue par Coca Cola, qui, dans le cadre de son marketing, cible le public des joueurs. C’était un élément du jeu dans Death Stranding (bien qu’il n’ait clairement pas fait le poney pour le Director’s Cut, qui l’a supprimé). Même si la marque veut plaire aux joueurs, elle a également la réputation d’être très litigieuse au sein de l’industrie. Les précédents enchevêtrements juridiques incluent un affrontement avec Ubisoft sur Immortals: Fenyx Rising (qui s’appelait initialement Gods and Monsters).

Oui, c’est une autre marque qui pense posséder le mot générique qu’elle a adopté. Cette fois, cependant, il a choisi la mauvaise cible.

Coca Cola et Monster Energy ont ciblé le développeur indépendant Glowstick Entertainment pour le grand crime de créer un jeu appelé Dark Deception: Monsters & Mortals (merci TheGamer). Le fondateur et PDG Vincent Livings a publié un article sur les menaces juridiques et le règlement proposé par Monster, qui permet au studio d’utiliser le nom en échange de tout un tas de termes absurdement restrictifs, notamment qu’il n’utilise plus jamais le mot « monstre » ou ses variantes. comme « monstrueux » ou « monstruosité » dans un titre de jeu.

« Il est bien connu que Monster Energy est un troll de marque notoire », dit Livings. « Malheureusement, ils recommencent. Pour une entreprise qui aime cibler ses boissons sur les joueurs, ils aiment aussi essayer d’intimider et de mettre en faillite les studios de jeux avec de longs litiges à gros prix. Les avocats de Monster Energy nous poursuivent en ce moment, parce que (Dark Deception: Monsters & Mortals) contient le mot « Monsters ». Ils prétendent que notre jeu est similaire à leur boisson énergisante. Oui, c’est vraiment leur affirmation. « 

Monster Energy affirme en outre que le logo du jeu a été conçu de manière à faire croire aux gens qu’il s’agit en quelque sorte d’un produit de marque Monster. Comme si cela n’était pas déjà assez ridicule, le règlement proposé interdirait également à Glowstick d’utiliser un logo vert et blanc sur fond noir pour tout ce qu’il fabrique, plus jamais. « Donc, apparemment, ils possèdent aussi les couleurs vert et blanc », a noté Livings.

Voir plus

Si vous pensez que cela semble ridicule, la bonne nouvelle est que nous allons tous être aux premières loges pour celui-ci. « Plutôt que de me retourner, je vais les combattre devant le tribunal », déclare Living. « Je partagerai tout ce que j’ai reçu de Monster Energy pour donner aux autres développeurs de jeux un aperçu de leurs tactiques au cas où ils voudraient un jour mettre le mot « monstre(s) » dans le titre de leur jeu et avoir affaire à Monster Energy par conséquent. »

Livings a publié le règlement proposé par Monster Energy, notant que des entreprises comme Monster « dépendent de faire leur intimidation en secret, tout en présentant une image propre à leur base (athlètes et joueurs). Montrer leur vrai visage publiquement est le seul véritable moyen de les arrêter. « 

Les vivants feront un livestream pour récolter des fonds pour la lutte judiciaire plus tard ce mois-ci où, plutôt brillamment, il va jouer à des jeux avec le mot « monstre » dans le titre. Que cela atteigne même les tribunaux est une autre affaire. Livings et Glowstick sont sans aucun doute les victimes ici, mais s’il y a une chose que ces marques soucieuses de leur image n’aiment pas, c’est d’être appelées en public. Je ne suis pas un parieur, mais si cela ne se termine pas par des excuses de Monster postées sur les réseaux sociaux, j’en boirai une moi-même.

Aucune étiquette pour cette publication.