Tomb Raider (2013) – PC

16 juin 2013, par , Pas de commentaires

Qui n’a jamais entendu parler de Lara Croft, l’archéologue aventurière parcourant le monde à la recherche d’artefacts anciens et mystérieux quand elle n’est pas activement en train de sauver le monde de quelques complots mégalomaniaques ? Vue comme le symbole de la PlayStation à ses débuts, elle est cependant bien plus que ça, celui de toute une génération de gamers ainsi que du paysage vidéoludique dans son intégralité. Mais la première génération de jeux Tomb Raider s’est retrouvée en perte de vitesse, dépassée par nombre de nouveaux héros alors que le gameplay qui avait tant séduit les fans de l’héroïne à ses débuts commence à montrer des signes d’essoufflement. Après plusieurs refontes de la série plus ou moins réussies et plus ou moins bien reçues par la communauté, voilà que Square Enix et Crystal Dynamics tentent un nouveau reboot, se concentrant cette fois sur les origines de la célèbre baroudeuse. Laissons nos regards se pencher sur ce nouvel opus.

Étudiante fraîchement diplômée de l’académie, la jeune archéologue de 21 ans Lara Croft monte une expédition près des côtes du Japon à la recherche du royaume perdu du Yamataï, sur lequel régnait selon la légende la puissante reine shamane Himiko. Elle embarque pour cela sur l’Endurance, bateau du capitaine Conrad Roth, en compagnie de son équipage, de sa meilleure amie Sam Nishimura et du célèbre Dr James Whitman. C’est sur une intuition de Lara elle-même que l’équipage décide de diriger les recherches vers le Triangle du Dragon, zone notoirement connue pour ses tempêtes dévastatrices … et ce qui doit arriver arrive, le bateau se fait prendre en pleine tempête et les survivants se retrouvent coincés sur une île inhospitalière, soumis aux nombreux dangers la peuplant …

Lara est bien plus vulnérable dans cet épisode qu'elle ne l'avait été jusqu'à présent.

Lara est bien plus vulnérable dans cet épisode qu’elle ne l’avait été jusqu’à présent.

 

C’est donc une Lara encore verte, à l’aube de ses aventures, que nous incarnons. Pour ce reboot (qui au passage ne se base pas tout à fait sur l’univers Tomb Raider que nous connaissons, mais en réalité sur un univers alternatif beaucoup plus contemporain à notre époque), les développeurs ont voulu insister sur ce point en nous présentant un personnage bien plus vulnérable, bien moins confiant en ses capacités que celui dont nous avons l’habitude depuis tant d’années. Lara est confronté à la mort et à l’horreur alors qu’elle tente désespérément de protéger elle-même et ses compagnons d’infortune des nombreux dangers parsemant chaque pouce de l’île, et réagit en conséquence de manière beaucoup plus humaine et émotionnelle que l’effigie vidéo-ludique que nous connaissons tous. Le résultat est un personnage attachant sur lequel le joueur investit dans l’histoire tente de veiller en permanence, particulièrement lorsque sont prises en compte les scènes de morts qui, si elles ne sont pas spécialement gore, restent tout de même suffisamment graphiques pour punir le joueur d’avoir laissé une telle chose arriver à Lara. Heureusement pour elle, tout un attirail sera à sa disposition afin de l’aider à survivre aux périls mortels auxquels elle fera face …

Lara n'est pas seule sur l'île. Malheureusement.

Lara n’est pas seule sur l’île. Malheureusement.

Le gameplay de ce jeu n’est pas sans rappeler celui d’autres jeux comme Prince of Persia, Uncharted ou tout simplement les derniers Tomb Raider. Il s’agit toujours de s’agripper aux rebords, de sauter, de s’accrocher, d’escalader des falaises escarpées … Le tout se contrôle relativement bien, mais pas parfaitement, les mouvements étant parfois un peu imprécis … Un demi-tour pendant une course aura tendance à faire arquer la trajectoire de Lara de manière incontrôlée, pouvant parfois occasionner de très fâcheuses conséquences dans des endroits particulièrement dangereux à explorer ou dans certaines des quelques séquences d’infiltration du jeu … Les combats eux-mêmes utilisent un système de couverture automatique assez étrange et imparfait, Lara ne se mettant pas toujours à couvert comme on le voudrait … Rien de bien méchant, cependant, et un peu d’attention est tout ce qui est nécessaire afin de corriger ces problèmes. Les combats, donc, ne sont pas trop difficiles ni trop frustrants, et somme toute assez classiques. Lara disposera progressivement d’un arsenal de quatre armes apte à gérer toutes menaces, à commencer par l’arc qui sera utile tout au long du jeu, et qui sera vite rejoint par le pistolet. En plus de ces armes, plusieurs gadgets seront « macgyverisés » par Lara durant son aventure, lui permettant de débloquer de nouvelles options d’exploration de l’île. L’exploration est d’ailleurs encouragée, permettant de dénicher de très intéressantes reliques ou des extraits de journaux révélateurs, et est facilitée par l’inclusion d’un Instinct de Survie, mode de vision particulier permettant à Lara de discerner les objets d’intérêt dans son environnement et de les mettre en surbrillance. Quelques tombeaux « cachés » sont également disséminés ça et là, tombeaux à l’intérêt malheureusement inégal et aux récompenses décevantes.

L'île offre parfois de magnifiques panoramas tels que celui-ci.

L’île offre parfois de magnifiques panoramas tels que celui-ci.

 Parlons-en, des récompenses. L’exploration d’un tombeau, la réalisation d’un objectif, la découverte d’une relique, tout ceci offre à Lara un gain d’expérience, de ressources ou des deux, suivant l’exploit réalisé. L’expérience permet à Lara de débloquer des compétences facilitant sa survie et divisées en trois catégories : Survivant, Chasseur et Castagneur. Alors que certaines compétences sont utiles au gameplay, beaucoup d’autres ne sont que des variations de « réaliser telle action offre plus de points d’expériences », ce qui bien évidemment restreint le choix de possibilités. Certaines descriptions de compétences sont également peu claires, ce qui n’aide pas au choix. Quand aux ressources elles-mêmes, elles permettent de débloquer des améliorations pour l’armement de Lara. Parlons justement de la fonction de crafting et d’amélioration. Bien qu’intéressante sur le papier, cette dernière s’est finalement retrouvé sous-exploitée en jeu. Les améliorations applicables aux armes sont de l’ordre de l’amélioration de dégâts, de précision, de cadence de tir, et sont finalement assez passables et inutiles au gameplay, principalement parce que très peu d’améliorations rajoutent véritablement quelque chose. Certaines ajoutent des fonctions à une arme, telle l’inclusion d’un silencieux au pistolet, mais celles-ci font finalement pâle figure, et aucune amélioration ne suscite chez le joueur un sentiment immédiat de besoin, plutôt un vague relent de « plus y en a, mieux c’est ». Il est parfois possible, en fouillant bien l’île, de tomber dans certaines caisses sur des pièces d’armes qui, une fois en nombre suffisant, permettent d’obtenir une version supérieure de l’arme concernée, ayant notamment pour effet de débloquer plus d’options d’amélioration de l’arme, mais le système est dans l’ensemble défaillant. Ajoutez à cela la surabondance d’expérience et de ressources disponibles en jeu, ainsi que la quasi impossibilité de tomber à court de munitions, et jamais survivre n’a été aussi facile. Il y a néanmoins un point positif au système : chaque amélioration à un effet visible sur l’arme, ce qui est toujours un plus agréable.

Les feux de camps permettent d'utiliser le voyage rapide, le menu de compétences et celui de crafting.

Les feux de camps permettent d’utiliser le voyage rapide, le menu de compétences et celui de crafting.

Les derniers points à évoquer sont ceux de l’aspect technique et du multijoueur. Le jeu est étonnamment bien optimisé pour PC, les développeurs ayant eu pour but de permettre un jeu jouable même pour des ordinateurs d’un certain âge. Le jeu est même supporté par Windows XP, fait de plus en plus rare. Le jeu est quand à lui beau, pas grand chose à dire de ce côté là, et le doublage français est tout à fait respectable. Le multijoueur est également classique et pas trop désagréable sans être indispensable, comme on pouvait s’y attendre de la part d’une licence décidant de l’inclure d’un coup. Il est divisé en quatre modes : Sauvetage, Combat en équipe, Appel à l’aide et Mêlée générale. Alors que les modes Combat en équipe et Mêlée générale sont assez évocateurs dans leur titre, le mode Sauvetage sépare l’équipe des Survivants, dont l’objectif est de récupérer un certain nombre de trousses de soin sur la carte, et l’équipe des Solarii, chargés de tuer un maximum de Survivants, tandis que le mode Appel à l’aide oppose également les Survivants, devant utiliser des transmetteurs radios pour lancer des appels à l’aide, aux Solarii qui doivent en récupérer les batteries. D’une manière générale, le multijoueur et son système d’expérience et de gains de skins et d’équipement devrait occuper les joueurs un moment, mais pas très longtemps non plus de par son classicisme.

 

 En conclusion

17/20 Graphismes : Rien à dire sur les graphismes. C’est beau, et d’autant plus impressionnant que ça tient bien la route grâce au travail des développeurs sur l’optimisation du titre. Les environnements à visiter sont relativement variés, que ce soit une forêt grouillante de vie, une grotte sombre et lugubre ou une ancienne base militaire abandonnée.

16/20 Bande-son : Les musiques sont agréables et collent à l’action tout en restant relativement discrètes. Le doublage français est très réussi, de même que les bruitages. Certaines musiques ambiantes sont particulièrement immersives.

15/20 Jouabilité : Les séquences de plates-formes ne sont pas tout à fait faciles, mais pas non plus difficile afin de ne pas rompre le dynamisme du jeu. Les déplacements sont parfois assez imprécis, peut-être assez réalistes du coup mais cela peut tout de même nuire dans certaines séquences. Le système de couverture est dépaysant et imparfait. Dans l’ensemble, rien de bien méchant, et la jouabilité fait son travail.

15/20 Durée de vie : Le jeu comptabilisera environ une quinzaine d’heure, peut-être un peu plus, afin d’être terminé à 100 %. Comptez quelques heures en moins pour l’histoire principale. C’est relativement court, mais raisonnable pour le genre du jeu et le dynamisme de l’histoire. Certains objets à collectionner, comme les reliques et les extraits de journaux, sont très intéressants à récupérer. D’autres, comme les géocaches, le sont … moins.

13/20 Multijoueur : Les cartes sont au nombre de cinq dans le jeu de base, et beaucoup plus en comptant les DLC, ce qui ne sera sans doute pas pour plaire au joueur moyen. Les quatre modes de jeu sont relativement classiques, de même que le multijoueur dans son ensemble. Le système de gain d’expérience et d’équipement à débloquer va peut-être tenir certains joueurs dessus, mais bien franchement le mode multijoueur est très dispensable, comme on peut s’y attendre du multi de jeux solos.

15/20 Scénario : Le scénario est un peu lent à démarrer, et parfois un peu inégal dans sa densité, mais reste tout de même particulièrement intéressant à suivre, et possède plus de matière que dans bien des Tomb Raider. Seul véritable point noir, le jeu nous fait très souvent miroiter les Onis et le surnaturel, pour ne les faire finalement intervenir que très tard dans l’aventure et de manière décevante.

 Note finale : 15/20

Tomb Raider est un bon reboot de la série, bien meilleur sur plusieurs aspects que les derniers épisodes sortis à ce jour. Il introduit nombre de bonnes idées, mais malheureusement pas toujours bien exploitées, comme le crafting ou les gains de compétences. Il s’agit tout de même d’un jeu plaisant à l’histoire prenante, et les personnages (plus particulièrement Lara) sont plus attachants que jamais.

Retrouvez notre test vidéo à cette adresse : https://gamingtest.fr/tomb-raider-pc/

Retrouvez le guide vidéo à cette adresse : https://gamingtest.fr/tomb-raider-2013-pc-2/

A propos de l'auteur:

Joueur vétéran, particulièrement sur PC. Créateur de guides vidéos en français sur Youtube. Aime particulièrement les RPG, la SF, la Fantasy et la vanille. OS : Windows 7, Processeur : Intel Core 2 Quad CPU Q8300, Carte Graphique : AMD Radeon HD 6800 series, Mémoire vive : 6go

Articles relatifs

Ecrire un commentaire

Vous n'êtes pas connecté sur GamingTest.fr !

Merci de vous connecter ou vous inscrire afin de publier un commentaire.