Evoland – PC

17 avril 2013, par , Pas de commentaires

Grand gagnant de la 24e édition des Ludum Dare, Evoland est à l’origine un jeu flash réalisé en moins de 48 heures par un studio Bordelais (que vous pourrez retrouver sur leur site officiel) dont le but est de rendre hommage au jeu vidéo. Fort de leur succès, ils ont proposé de réaliser une version plus poussée (et payante) sur le Steam Greenlight. L’accueil fut des plus chaleureux pour eux et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils ne risquent pas de décevoir la communauté.

Evoland Test 2

Moi je dis que le gantelet en peau de lapin qui donne +8% en fougue, c’est mieux !

Autant vous le dire, si vous n’avez jamais joué à la version flash d’Evoland (auquel cas on ne peut que vous encourager à le faire), le jeu vous paraitra des plus originaux. Vous commencez sur une map qui se résume à une bande de terre monochrome entre deux bordures noires. Votre héro (également en noir et blanc) se trouve entre deux coffres situé à deux extrémités de la bande. Essayez d’aller à gauche… ça marche pas. A droite ? Ça marche. Hop, sur le coffre de droite. Qu’obtient-on ? La possibilité d’aller à gauche. Ruons nous sur l’autre coffre… l’écran s’élargit et dévoile une map. Et ainsi vous pouvez désormais aller également en haut et en bas. Oh, un autre coffre apparait et active la fonction de défilement de l’écran ! Vous l’aurez compris, le jeu se modernise à chaque coffre. Ainsi, on passera du jeu noir et blanc au jeu couleur et même à la 3D, d’abord grossière (début de la N64) puis à la manière d’un FF7 pour finir par un Cell Shading du plus bel effet qui vous rappellera les graphismes de The Legend of Zelda : The Wind Waker. Tout le jeu est comme ça : à chaque coffre, l’esthétisme graphique et musicale du jeu s’améliore, mais pas que car vous trouverez également des fonctionnalités qui rendront le jeu plus abordable et, surtout, jouable. Déplacements en diagonale, possibilité d’attaquer les ennemis, apparition d’une barre de vie (sachant que vous aurez un passage où le moindre coup vous tuera au début du jeu mais pas de panique), ajout de PNJ et d’une intrigue… le but d’Evoland est de progresser dans un monde qui ne cessera de se moderniser.

Evoland Test 1

Quand je vous disais que c’était truffé de références…

Véritable hommage au jeu vidéo, Evoland ne pourra que vous rappeler deux grandes licences et sera rempli de clins d’œil à d’autres. Si si ! Votre héros est blond, porte une tunique verte, frappe à l’épée et sa barre de vie va se résumer à 3 cœurs ! Ça vous rappelle rien ? En plus il s’appelle Clink… Eh oui, Zelda sera un des deux dominants en matière d’inspiration du jeu. L’autre ? Voyons voyons… les cheveux blonds du héros sont coiffé en pic, son nom semble être une fusion de Link et d’un autre héros, l’épée légendaire est très connue du monde du jeu vidéo, des combats avec une jauge ATB, la compagne du héros s’appelle Kaeris, il y a un jeu de carte à collectionner, une histoire de cristaux et un système de level up… ah mais oui ! Final Fantasy ! ces deux licences ont énormément inspiré le jeu, dans son intégralité, mais on trouvera des références à d’autres jeux aussi au passage : les ennemis des combats en FF rappellent grandement les ennemis de Super Mario, un passage du jeu se fera en mode Hack’n Slash à la Diablo et on fera un tour dans les mines de la Noria (rassurez-vous, le Balrog est en vacances). Bourré de références, on vous dit ! Ajoutez à ça un peu d’humour pointant du doigt les clichés du jeu vidéo et autant vous dire que vous ne vous ennuierez pas.

Evoland Test 3

On peut même avoir son propre Aeronef ! Yeah !

Le gameplay a été largement inspiré de la série des Zelda et de Final Fantasy. Le joueur aura à alterner entre phase Zelda dans les donjons et les forêts en tapant les ennemis à l’épée, résoudre des énigmes et les phases Final Fantasy sur la map ainsi qu’un ou deux donjons où le combat se fera par le biais d’un menu de commandes et une barre ATB . Une ou deux quêtes annexes viendront pimenter le jeu pour donner un peu plus de contenu. Rien de bien folichon toutefois car il s’agira de récupérer des étoiles planquées dans des coffres souvent difficiles d’accès qui vous demanderont de récupérer un item et de revenir plus tard pour l’ouvrir. Vous aurez aussi la quête du « Double Twin », un jeu de carte inspiré du « Triple Trial » de FF8 avec une trentaine de cartes à récupérer en tout. Vous pourrez quand même débusquer quelques donjons bonus mais comme dit avant, pas de quoi espérer vous tenir en haleine pendant des heures même si la difficulté sera présente. Et puisque le jeu est distribué sur Steam, autant en profiter pour y ajouter des achievement. Rassurez-vous, Evoland est loin d’être un jeu qui vous fera regretter la dizaine d’euros que vous avez dépensé. Sans être aussi long qu’un jeu de grosse licence, il vous assurera une période de plaisir qui vous donnera l’envie de jouer à un jeu similaire d’ici 30/40 ans, le temps que l’univers du jeu vidéo évolue encore plus.

En conclusion

16/20 Graphisme : On passe d’un graphisme noir et blanc 2D grossièrement fait (sans pour autant rester agréable) à un Cell-Shading vraiment pas mal qui nous rappelle de belles heures à explorer les iles de Zelda Wind Waker.

16/20 Bande son : Son 8 Bit, puis 16 Bit, 32 Bit… et on finit par une musique de bonne définition, collant bien avec chaque ambiance du jeu. Chaque musique, même les plus anciennes, a été soignée pour nous flatter l’oreille et nous donner envie de la fredonner.

14/20 Jouabilité : Le gameplay évolutif a été conçu pour nous rappeler la façon dont on joue à Zelda, Final Fantasy et Diablo, mais on aurait quand même aimé avoir un jeu plus réactif car les déplacements du héros sont un peu… mous ? C’est pas que Clink a un monde à sauver mais il pourrait courir un peu plutôt que marcher comme si rien ne pressait.

15/20 Scénario : L’histoire, repris de Final Fantasy, n’est pas vraiment le point fort du jeu, qui ne se basait pas vraiment sur ça de toute façon. Mais la pelletée de référence assaisonnée d’une touche d’humour fait sans nul doute parti des nombreux avantages du titre.

15/20 Durée de vie : Très correcte pour un jeu indépendant, comptez entre 5 et 8 heures pour finir le jeu et encore plus si vous êtes du genre à vouloir le faire sous toutes les coutures.

Note générale 16/20

Avec des idées originales et bien exploitées, des références à la pelle et un gameplay qui, sans casser trois pattes à un canard, ne vous posera pas de problème majeur, Evoland est un jeu pour nostalgeeks qui vous rappellera de tendres souvenirs en compagnie de Link et Cloud.

Vous pouvez visionné notre test vidéo à cette adresse : https://gamingtest.fr/evoland-pc-2/

A propos de l'auteur:

J'aime partager mes passions avec les gens. Je suis chargé de vous apporter des news toutes fraiches et des tests de jeux vidéo. Je me chargerais des consoles de jeu en général.

Articles relatifs

Ecrire un commentaire

Vous n'êtes pas connecté sur GamingTest.fr !

Merci de vous connecter ou vous inscrire afin de publier un commentaire.