Evochron Mercenary – PC

20 janvier 2013, par , 1 Commentaire

Le genre de la simulation spatiale est assez méconnu et peu développé dans le monde vidéo-ludique, et voit quelques références se partager la vedette, tels EVE Online ou la série des X, X2 et X3. Quelques titres particulièrement intéressants font surface de temps en temps sur la scène, alliant la complexité d’un simulateur, le dynamisme effréné procuré par des échauffourées se déroulant dans des endroits aussi improbables qu’un champ d’astéroïdes ou une nébuleuse, et le plaisir de créer soi-même son propre appareil dans les moindres détails. D’autres, encore, ne sortent que pour connaître un échec cuisant et se faire vite oublier du public, que ce soit par la faute de limitations de gameplay ou de bugs incessants et particulièrement gênants. Dans quelle catégorie se classe Evochron Mercenary, de StarWraith 3D Games ? Va t-il se retrouver relégué au plus profond de l’abysse intersidéral, ou se faire une place parmi les étoiles ?

Evochron Mercenary fait partie de la trilogie Evochron, elle-même une sous-série ayant son origine dans la série StarWraith et partageant son univers. Alors que la série StarWraith nous offre surtout des simulations spatiales orientées combat, la sous-série des Evochron donne bien plus de liberté au joueur, lui permettant si il le désire d’endosser le rôle d’un mercenaire combattant, d’un commerçant ou même d’un pilote de course, avec Evochron Mercenary étant le point culminant de la trilogie et offrant un moteur graphique refait à neuf par rapport aux anciens épisodes ainsi que l’intégration de fonctionnalités réclamées par la communauté de joueurs.

En tant que simulation spatiale libre, Evochron Mercenary ne s’embarrasse que peu d’un scénario. Celui-ci reprend les grandes lignes des précédents épisodes de la série (l’humanité attaquée par une race extraterrestre appelée les Vonaris) et est totalement optionnel, offrant tout de même quelques récompenses intéressantes aux joueurs suivant la campagne. Il permet également de se familiariser avec quelques concepts du jeu et avec les combats, dont nous parlerons plus tard.

Les stations spatiales permettent de commercer, de prendre des contrats ou d’afficher certaines infos sur le système.

 Après avoir suivi le tutoriel détaillé offert par le jeu et permettant une entrée relativement aisée dans le monde d’Evochron, vous êtes largué dans un système de départ avec un vaisseau de base dépendant du background que vous avez sélectionné en début de partie. Afin de pouvoir vous mesurez aux nombreux défis et adversaires dont l’immense galaxie ne manque pas, vous aurez besoin d’un meilleur vaisseau correspondant précisément à vos attentes. Vous vous rendez donc à la station spatiale du secteur, véritable centre névralgique où se concentre les différentes activités du jeu permettant de vendre, d’acheter, de se créer un vaisseau ou une arme sur mesure ou même d’engager du personnel. C’est cependant les contrats qui vous attireront d’abord. Le jeu est en effet composé de différentes factions proposant des contrats de nature variable, allant du simple nettoyage de panneaux solaires à l’espionnage de vaisseau capital en passant par la destruction de navires hostiles, ces contrats permettant d’obtenir une récompense plus ou moins coquette suivant votre rang et l’objectif. Les contrats s’adaptent au système dans lequel vous vous trouvez, certains étant plus hostiles que d’autres ou payant plus.

La carte n’est pas des plus pratique à utiliser, mais elle est moins compliquée qu’elle n’en a l’air.

Une alternative aux contrats est le commerce, que ce soit celui entre stations spatiales ou le commerce de ressources que vous aurez récupéré vous même. L’acquisition d’un rayon tracteur, faisant également office de rayon de minage dans Evochron, est un élément quasi indispensable vous permettant notamment de récupérer de précieux minéraux dans les astéroïdes ou sur les planètes, minéraux valant leur pesant de crédits pour un début de partie. Ces mêmes minéraux peuvent également être utilisés dans la création d’objets utilitaires par l’intermédiaire de constructeurs. De multiples outils spécialisés disponibles en jeu, ainsi que la personnalisation poussée de votre vaisseau, rendent les options de minage et de commerce tout à fait viables à la fois sur le court et long terme.

L’outil de création de vaisseau vous permet de fabriquer le chasseur de vos rêves.

Parlons justement de la personnalisation, représentant clairement le gros point fort de ce jeu. Elle est ici poussée, que ce soit celle de votre vaisseau ou celle de votre armement. Vous avez ainsi la possibilité de créer votre vaisseau de fond en comble. D’abord le choix du châssis, chacun présentant des statistiques variées en terme de résistance et d’agilité mais surtout en nombre de points d’assemblée disponibles, qui symbolisent jusqu’à quel point votre vaisseau pourra être complexe. Vient ensuite le choix des propulseurs, des boucliers, des ailes, de la soute … Chaque élément est personnalisable non seulement vis-à-vis de la pièce à acheter, mais également au niveau de leur apparence, leur taille pouvant être changée et leur emplacement sur le châssis modifié. Les possibilités sont grandes, on peut néanmoins regretter le fait que le choix des pièces se fassent davantage au niveau des points d’assemblée restant pour notre châssis actuel et que les pièces ne proposent pas différentes combinaisons de statistiques, chacune étant ici généralement la version améliorée de la précédente dans la liste. Il aurait par exemple été particulièrement intéressant d’avoir le choix entre un bouclier proposant un taux de recharge plus important ou un autre créant une protection plus puissante, ou encore un moteur possédant une accélération particulièrement importante et un autre une vitesse maximale plus élevée. L’espace de cargo maximum est peut-être également un peu faible pour un joueur voulant jouer exclusivement en marchand ou en mineur, mais les possibilités offertes par le système restent tout de même importantes. Le jeu offre également au joueur la possibilité de créer ses propres armes dans des laboratoires d’armement en modifiant la portée du tir, l’énergie consommé, la puissance et la cadence de tir, cependant les armes pouvant être crées ne semblent pas valoir d’autres armes préexistantes dans le jeu, du moins en termes de pure puissance de feu.

Les batailles spatiales sont ardues et peuvent traîner en longueur à cause des renforts incessants. Gare au carburant !

Une fois le vaisseau de vos rêves créé et équipé selon vos désirs, il est temps de tester ses performances en combat. Après les premières morts, force est de constater que ceux-ci sont difficiles, très difficiles, et la courbe de progression assez raide n’arrange rien. Les escarmouches spatiales tireront pleinement profit des capacités offensives de votre appareil ainsi que de la physique réaliste du jeu. En effet, chaque vaisseau se manœuvre par l’intermédiaire de petits propulseurs placés en divers points du châssis, allumés jusqu’à ce que la vitesse désirée soit atteinte. A ce moment là les propulseurs se coupent et le vaisseau passent en inertiel, se laissant dériver dans l’immensité spatiale jusqu’à ce qu’il se fasse détruire ou que vous changiez de direction. Il est également possible de désactiver ou réactiver la poussée vers l’avant d’une simple pression d’un bouton, afin de laisser le vaisseau dériver à sa vitesse actuelle dans la direction vers laquelle il se déplaçait. Loin d’être une fonction à l’intérêt marginal, sa bonne utilisation fera la différence entre une légende et un mort, les affrontements frontaux étant la plupart du temps synonyme de grosse brèche dans le cockpit. Les combats deviennent alors tactiques et mortels, et le bon usage des missiles, contre-mesures, canons lasers efficaces contre les boucliers, canons à particules redoutables contre les coques, ainsi que du mode inertiel, fera toute la différence.

Il est possible de se rendre sur les planètes, mais cela manque d'intérêt à part pour y miner des ressources introuvables ailleurs.

Il est possible de se rendre sur les planètes, mais cela manque d’intérêt à part pour y miner des ressources introuvables ailleurs.

 

Enfin, le dernier point à aborder est le multijoueur. Celui-ci comporte quasiment toutes les fonctions du mode solo ainsi que quelques autres : possibilité de remplir des contrats à plusieurs, de donner des contrats à d’autres joueurs, de monter des clans, de défier d’autres joueurs à la course … L’aspect communautaire est complet et très important. Un système de territoire est mis en place, chaque clan pouvant faire monter son influence dans un système donné en y effectuant des contrats et en s’y battant contre d’autres clans, le tout procurant à terme un bonus directement tiré du commerce des joueurs dans la zone. L’opportunité de construire ses propres stations spatiales, bien que déjà présente dans le solo, et d’autant plus importante dans le multijoueur, car elle permet à n’importe quel joueur de participer à l’économie de son serveur. Il est même possible pour deux joueurs de fusionner temporairement leurs vaisseaux, l’un des joueurs gardant le contrôle du vaisseau obtenu et l’autre tenant les commandes d’un canon rotatif sans angles-morts !

 

 

En conclusion

13/20 Graphismes : Ca n’égale pas d’autres jeux à plus gros budget, mais c’est pas trop mal, surtout pour un indépendant. Les différents points d’intérêts spatiaux, tels que les nébuleuses, sont bien rendus, et les paysages offerts par les planètes sont plutôt jolis, bien qu’imparfaits notamment au niveau de la distance ou des arbres. Il est dommage que les étoiles ne soient que des lumières éblouissantes et pas les grands astres qu’elles sont en réalité.

13/20 Bande-son : Les zones à proximité des stations spatiales sont assez actives d’un point de vue sonore, les vaisseaux et stations spatiales s’échangeant demandes et autorisations d’abordage ou discutant de tout et de rien. Les musiques sont elles-même assez agréable, quoique trop peu nombreuses. Une fois encore, pas mauvais, mais pas trop impressionnant. Peut-être pas assez d’effets sonores différents, et le fait que les ennemis ne parlent pas en combat, rendant ceux-ci un poil moins vivants.

16/20 Jouabilité : Le gameplay est riche de possibilités grâce à la création de vaisseaux, permettant au joueur de trouver celui convenant à son style de jeu. Les combats sont un véritable challenge à même de mettre les nerfs du mercenaire débutant à rude épreuve, notamment grâce à la gestion de la vitesse et de l’inertie.

15/20 Durée de vie : Difficile de juger de la durée de vie d’un jeu prônant la liberté d’action totale. Le joueur est peut-être un peu trop libre, les aspects véritablement intéressants du soft lui étant alors cachés, le jeu est néanmoins très complet et a beaucoup à offrir quand on garde les yeux ouverts, surtout en multijoueur.

13/20 Scénario : Le scénario est tout à fait optionnel mais permet au joueur d’apprendre progressivement les bases du jeu et le met sur la piste de quelques secrets intéressants et utiles à son évolution.

15/20 Multijoueur : Le multijoueur est encore plus riche que le solo tout en étant stable et agréable à jouer. Le système de clan et de territoire est intéressant mais repose beaucoup sur la résolution de contrats pour augmenter sa part de territoire, processus long et fastidieux. Un système plus nerveux, dynamique et agressif est cependant considéré.

 Note finale : 14/20

Malgré quelques défauts et imperfections dans sa réalisation, et le fait qu’il ne soit disponible qu’en anglais, Evochron Mercenary est une simulation spatiale dont le concept de création de vaisseau assez poussé en intéressera plus d’un. Le jeu étant encore suivi à l’heure actuelle, on espère toujours plus de contenu et d’améliorations, particulièrement dans le domaine de la personnalisation !

A propos de l'auteur:

Joueur vétéran, particulièrement sur PC. Créateur de guides vidéos en français sur Youtube. Aime particulièrement les RPG, la SF, la Fantasy et la vanille. OS : Windows 7, Processeur : Intel Core 2 Quad CPU Q8300, Carte Graphique : AMD Radeon HD 6800 series, Mémoire vive : 6go

Articles relatifs

Un commentaire

  1. Malah 20 janvier 2013 à 19 h 57 min

    Quelques correction à apporter :p

    Le jeu a été traduit en français par la communauté (par yannou plus précisément) et comme vous avez fait de la pub chez ce concurrent je me permet de poster le lien pour récupérer la traduction http://www.jeuxvideo.com/forums/1-24625-442-1-0-1-0-patch-fr-mods-retouches.htm (pensez à récupérer la dernière mise à jour sur le dernier poste 😉 ). Comment refroidir un francophone dans l’achat d’un jeu … lui dire qu’il est en anglais :p

    Concernant l’espace de cargo limité, c’est surtout que le marchandage est tellement lucratif que plus de place aurait rendu tout le reste obsolète.

    C’est moi ou il n’y a pas une seule ligne sur l’exploration et la recherche / découverte de système non référencé ou atypique ? Qui est la plus grosse partie du jeu ? La preuve ? La carte des systèmes inconnus faite par la communauté : http://mercenary.junholt.se/ tous les points bleu ce sont les systèmes que la communauté ont trouvé et à savoir que la dernière mise à jour (la version 2) à ajouté énormément de nouveaux systèmes.

    Et pour ce qui est du vol atmosphérique je dirais que presque 50% de la communauté à choisis ce jeu plutôt qu’un autre parce qu’il y a se paramètre :p (des combats atmosphérique, c’est ce qu’il y a de plus joussif). Et justement pas un mot sur les walker permettant de marcher sur les planètes :p Combien de jeux du genre le permettent ?

    Et pas un mot sur la communauté :'( en petit nombre, mais plus active et conviviale que certains autres jeux ^^ … houhou, nous sommes là :p

    Rien que pour tout ses paramètres j’aurais mis plus :p

    Merci d’avoir tester ce jeu et de ne pas l’avoir trop pourri comme les autres journalistes qui notent en fonction du cachet donné par l’éditeur (… ici il y a pas d’éditeur, vive les indé :p).

    Si vous recherchez un clan sur Evochron Mercenary, les GQC seront ravis de vous aider. Rejoins nous sur le serveur [FR] Olympus Prime. Plus d’info : http://www.starwraith.com/forum/viewthread.php?tid=9558

    Evochron Mercenary – Grenouilles Quantiques Club [GQC]Malah
    Division Nasty Attitude – {DNA} Malah

Ecrire un commentaire

Vous n'êtes pas connecté sur GamingTest.fr !

Merci de vous connecter ou vous inscrire afin de publier un commentaire.