One Piece : Pirate Warriors – PS3

20 octobre 2012, par , Pas de commentaires

One Piece : Pirate Warriors a été annoncé à l’E3 2012 sur ps3 pour finalement atteindre nos écrans le 21 septembre de la même année, on notera cependant que la sortie au japon a eu lieu 6 mois plus tôt. Développé par Tecmo et édité par Namco, ce beat’em all propose une expérience de jeu unique mêlant phase de plateforme et phase de combat dans un univers héroïque fantaisie qui ravira les fans de la série animée.

Nous retrouvons donc Luffy sur l’archipel de shabondy, après son entrainement de deux ans, pour retrouver le reste de l’équipage et mettre les voiles vers l’île des hommes poissons. Un léger tutoriel contre la marine et c’est parti pour un long, long, très long voyage. Suffisamment long pour un flashback émouvant, nous voilà en route pour retracer la rencontre de nos comparses à travers le temps, de Baggy le clown jusqu’à leur arriver sur  l’archipel la première fois. A regretter l’absence de Thriller Barque.

On découvre un jeu très respectueux de la série originale aussi bien au niveau des personnages, de leurs relations, leurs comportements qu’à celui des coups simples et plus complexes que l’on peut réaliser. Dès les premières secondes dans la partie, on remarque que Oméga-force n’as pas juste mis son nom sur la boite mais est à l’origine du principal gameplay. Les traditionnelles touches d’attaques normales et puissantes sont présentes ainsi que la barre de spécial permettant d’effectuer les mouvements ultimes de nos héros ( Gear secondo, Asura’s slash, marteau 10 000T, ….). Le jeu est rapide à prendre en main et posera peu de problèmes même aux joueurs les moins téméraires. Seul le mode verrouillage amènera  parfois quelques soucis de camera, l’action se figeant sur le boss nous rendant presque incapable de combattre les autres ennemis.Les phases de plateformes sont enfantines et finiront souvent par nous déconcerter à force de faire toujours les mêmes choses, ces actions s’enchainant inlassablement par voie de QTE. Même la manière de découvrir les nouveaux déplacements reste lourde, il n’y en a pas tellement, ils auraient pu changer la vidéo.

Graphiquement le jeu est plutôt moyen mais nous lui pardonnerons rapidement tans ce choix semble marqué d’un désir de respecté l’ambiance visuelle du manga. Les personnages sont plutôt bien fait et les commentaires toujours aussi délirants. Les blagues squelettiques de Brook et les poses de Francky sont de la partie de même que la déconcertante naïveté du capitaine. On remarquera par contre que le jeu ne se distingue pas par son contenu. Peu de héros sont jouables et les costumes ne pleuvent pas, un mode affrontement aurait pu arranger cela mais le studio a fait le choix de ne mettre qu’un mode coop en ligne, dommage.

Le titre vous offrira cependant une très bonne durée de vie entre l’histoire principale et les tableaux annexes qui pourront être rejoué à volonté avec le personnage de votre choix (dont plusieurs à débloqués en dehors de l’équipage), ainsi qu’un mode défis disponible une fois la campagne terminée. A compter que chaque jouable possède ses propre niveau et équipements, amener le jeu à 100% représente un véritable challenge  Notez que les trophées sous leurs airs simplistes demanderont une certaine application et une forte concentration surtout au moment d’affronter certains boss pouvant déclenchés des QTE cachées et des récompenses.

Les musiques originales des OST sont évidemment présentes, avec quelques nouveautés, et relativement bien incorporé au jeu. Le thème se verra varié d’un niveau à l’autre et les mélodies aux fils des changements de situations. Les joueurs auront à cœur d’entendre leurs champions criés haut et fort le nom de leurs attaques fétiches et bien sûr les hurlements de douleur de leurs malheureuses victimes. On appréciera rapidement de pouvoir mettre les voix japonaises de la série, bien plus intéressantes que les doublages et surtout bien plus agréables car moins criardes et ridicules. A croire que les prêteurs de voix s’exercent sous la torture. Le jeu est bien traduis et sous-titré de manière lisible, on regrettera cependant que certains dialogues ne soient pas inscris en court de partie.

En Conclusion

12/20            Graphisme : Le niveau n’est pas très élevé et même si c’est pour garder un lien avec la série, on est en droit d’espérer mieux en 2012. Des personnages bien retranscris mais des décors vite fais dans l’ensemble réduisent le plaisir.

16/20           Gameplay : Facile à prendre en main, le soft offre une expérience de jeu sans prise de tête. Les nombreux combos font de ce titre l’un des moins monotones et répétitifs du genre. On regrettera une certaine simplicité générale.

16/20            Durée de vie : prévoir 20 à 25h pour le terminer en ligne droite, ceux qui voudront le platiner pourront doublés. Penser à modifier la difficulté au fils des prises de niveaux pour corser un peu le tout.

16/20            Scénario : Probablement le point fort du titre, sa fidélité à la série originale fait de lui un jeu pour les fans. A noté l’absence de « Thrilleur Barque » dans l’histoire et quelques ellipses qui nous concentrent sur les passages clés.

12/20            Bande-son : Fort de ses musiques tirées du manga, l’ambiance sonore devient rapidement brouillon tans les effets sont nombreux. Prévoir de baisser le son au bout d’un moment pour éviter le mal de crane.

Note finale : 15/20

One Piece : Pirate Warriors peut se vanter d’être la meilleure adaptation de la série en jeux vidéos en termes de fidélité mais ne restera pas gravé dans les mémoires. Bien que plutôt agréable à regarder, le soft n’est pas soigné. Un souci du détail aurait été apprécié.  Au vue des performances de la console et du niveau de la série, un « peut faire mieux » reste coincer au creux de la gorge. Nous noterons également que de nombreux DLC sont à prévoir, contenus supplémentaires ou jeu en kit ?


A propos de l'auteur:

Articles relatifs

Ecrire un commentaire

Vous n'êtes pas connecté sur GamingTest.fr !

Merci de vous connecter ou vous inscrire afin de publier un commentaire.