Test Metal Gear Solid V Ground Zeroes -PS4

27 mars 2014, par , Pas de commentaires

Annoncé comme une « démo technique » de leur prochaine sortie (The Phantom Pain), Metal Gear Solid V : Ground Zeroes nous plonge une fois encore aux côtés de Big Boss. Un jeu qui, à cause de sa faible durée de vie et du fait qu’on connaisse plus ou moins l’histoire pour peu qu’on ait vu le teaser de The Phantom Pain, ne plaira pas à tout le monde malheureusement…

Les projecteurs, vos pires ennemis la nuit

Les projecteurs, vos pires ennemis la nuit

Situé chronologiquement après « Peace Walker », Ground Zeroes est un jeu un peu à part tant il s’éloigne du credo de Kojima : de grands jeux avec beaucoup d’histoire. En effet, si on est habitué aux jeux avec de longues cinématiques et une durée de vie respectable, on nous a tout de suite annoncé que le scénario principal durerait… deux heures (et non, on ne parle pas de la durée in game mais bien réelle). Et malheureusement ce n’était pas une des facéties du studio, habitués aux messages cachés du célèbre développeur. Et étant donné que le jeu et sa suite à venir ont été trop teasés, les plus assidus connaissent déjà la trame : Chico, jeune recrue du groupe « Militaires sans Frontières » et Paz, agent double présumée morte, mais pas tant que ça au final et qui en plus détient des informations cruciales sur Big Boss et son organisation, ont été capturés et sont retenus prisonniers dans un camp côtier de Cuba. Le héros de guerre doit donc les secourir tandis que sa base est visitée par l’ONU pour s’assurer qu’ils ne détiennent pas l’arme nucléaire de façon illégale (ceux qui ont joué à Peace Walker ont déjà la réponse à ce sujet). Voilà pour comment est présenté le début du jeu. Le scénario principal se décompose en deux missions : sauver Chico et sauver Paz. Hormis ça, vous aurez également trois missions annexes, chacune prenant environ un quart d’heure à être finie, et une additionnelle selon votre version du jeu : Déjà-vu pour la PS4 (mission faisant référence à Metal Gear Solid) et jamais vu pour la Xbox One (référence à Metal Gear Rising). Dans les deux cas, vous devrez débloquer la mission en collectant 9 badges XOF planqués dans la seule map du jeu… et ce n’est pas facile (si vous réussissez sans vous aider de l’internet, vous êtes un membre du culte de Kojima). Au total, pour le tout, comptez 3 heures à tout casser, soit très peu pour un jeu coûtant entre 20 et 30 euros.

Marquer les ennemis permet de les garder à l'oeil quand bien même un mur vous sépare

Marquer les ennemis permet de les garder à l’oeil quand bien même un mur vous sépare

Le gameplay reste pourtant assez jouissif : les mouvements de Big Boss sont de plus en plus humains et intuitifs. Pêle-mêle, on notera par exemple l’escalade des grillages, clôtures et autres surfaces à hauteur humaine, sa capacité à se jeter au sol, etc. Pour le reste, c’est du classique : le CQC, ramper, s’agenouiller… Autre petite nouveauté (que vous pouvez activer ou désactiver) : le mode réflexe. Quand Snake se fait surprendre par un ennemi, si l’alarme n’a pas encore été donnée, le temps se fige pendant quelques petites secondes. Le but ici est de neutraliser l’ennemi avant qu’il ne donne l’alerte (l’idéal étant un tir dans la tête ou du CQC si vous êtes assez proche). Passé ce délai, vous êtes bon pour vous enfuir. Quelque soit votre version du jeu, si vous disposez d’une tablette tactile ou d’un smartphone disposant d’un système d’exploitation suffisant, vous pouvez disposer d’une appli compagnon vous permettant d’utiliser l’iDroid plutôt que passer par le menu qui vous bloquerait la vue. Ainsi, vous accéderez à la map en temps réel et pourrez y placer des marqueurs, avoir le briefing de la mission sous les yeux, appeler un hélico (pour vous exfiltrer ou livrer des prisonniers sauvés ou des gardes assommés) ou encore lancer des cassettes sur votre walkman. A noter que cette dernière option peut lire vos musiques enregistrées (sauf sur ps4 qui ne comporte pas de lecteur multimédia autre que le music unlimited) ainsi qu’un mini-jeu Mother Base qui vous permet de gérer la base de Big Boss… l’utilité reste encore à déterminer, peut-être que ça servira pour The Phantom Pain.

L'iDroid est bien plus abordable via un companion app sur tablette/smartphone, mais il reste accessible à la manette

L’iDroid est bien plus abordable via un companion app sur tablette/smartphone, mais il reste accessible à la manette

À défaut d’être plaisant sur le plan durée de vie, le jeu n’en reste pas moins une claque visuelle : le moteur Fox Engine nous propulse définitivement dans la next gen pour ce qui est de la qualité graphique, à un niveau encore trop peu égalé à l’heure actuelle que ça soit sur console ou ordinateur, notamment lors de la mission Ground Zeroes se passant de nuit et sous la pluie : les habits mouillés des personnages sont magnifiques. Sur le plan sonore, il n’y a que peu de musiques à entendre mis à part ceux du walkman et la musique d’alerte et malheureusement, on n’entend que peu de musiques originales (pour l’exemple, on peut entendre « here’s to you » et la chevauchée des Walkyries ainsi que quelques musiques de Peace Walker inclues dans le walkman de Snake, soit aucune nouvelle musique à la demande). Donc, la question que la majorité d’entre vous doit se poser est « le jeu mérite-il vraiment qu’on l’achète 30 €? »… oui et non, tout dépend de votre envie de parcourir une map en long en large et en travers pour récupérer les badges XOF, les cassettes, vider le camp de ses soldats et prisonniers et, surtout, débloquer les quelques trophées. Si la réponse est oui, alors allez-y… sinon attendez de le trouver pour un peu moins cher, quinze euros serait l’idéal sur l’old gen, vingt pour la new gen.

En conclusion :

16/20 Graphisme : On plonge vraiment dans la next-gen avec des graphismes très poussés et saisissants pendant la partie Ground Zeroes : la nuit et la pluie sont magnifiques. En revanche, il faut reconnaître que c’est moins beau de journée.
13/20 Bande son : La qualité de la musique et des sons est bonne, mais le manque de contenu musical est un point noir.
15/20 Jouabilité : Le jeu est moins punitif que ses prédécesseurs : il est parfaitement possible de faire une partie du jeu sans se soucier de la discrétion en tirant sur tout ce qui bouge, ce qui peut-être mal vu, car quand on parle de Metal Gear, on parle d’infiltration et non pas d’y aller à la barbare. Enfin, le choix reste votre.
14/20 Scénario : La qualité du scénario est toujours aussi bonne, mais il n’y a que peu de choses à découvrir si on a vu les trailers de Ground Zeroes et The Phantom Pain.
8/20 Durée de vie : Même si on a été prévenu de la faible durée de vie du jeu, on a du mal à digérer l’augmentation artificielle de celle-ci : collecter des cassettes, marquer tous les ennemis, flinguer des corbeaux… déjà rien que trouver les badges XOF pour débloquer le dernier niveau est difficile, on se lasse donc vite des défis sans intérêts..


A propos de l'auteur:

J'aime partager mes passions avec les gens. Je suis chargé de vous apporter des news toutes fraiches et des tests de jeux vidéo. Je me chargerais des consoles de jeu en général.

Articles relatifs

Ecrire un commentaire

Vous n'êtes pas connecté sur GamingTest.fr !

Merci de vous connecter ou vous inscrire afin de publier un commentaire.