Test Lightning Returns Final Fantasy XIII – PS3

11 mars 2014, par , Pas de commentaires

La serie Final Fantasy XIII n’est certainement pas la meilleure époque de la saga. Entre le premier opus qui a agacé par son gameplay couloir, le 2e qui offre une fin pleine de frustration (la sensation d’avoir tout fait pour rien et un ending fait à l’arrache), versus XIII qui a finalement été annulé et renommé XV et Type-0 qui ne connaitra visiblement pas un portage occidental, autant dire que ce Lightning Returns a fort à faire pour se réconcilier avec les fans de la saga vieille de 25 ans…

Voici Lumina, la petite peste...

Voici Lumina, la petite peste…

Pour ceux qui n’ont jamais touché aux deux précédents épisodes, sachez qu’il serait mieux de jouer au moins à XIII-2 avant de faire ce jeu si vous voulez comprendre ce qui se passe, car autant vous dire que c’est une histoire très compliquée. On démarre le jeu par un tuto-prologue où on comprend que Lightning a été choisie par un dieu (une fois encore…) pour sauver le monde en 13 jours. Ce monde est rongé par le chaos, les humains ne vieillissent plus et sont devenus stériles et pourtant leur corps marche normalement, car ils éprouvent encore le besoin de manger et boire (ce qui correspond déjà à un magnifique paradoxe : un corps à l’arrêt sur l’échelle de la vieillesse ne devrait plus avoir besoin de nutriments pour s’entretenir). En fait, on dit que Lightning devait sauver le monde, mais ce n’est pas tout à fait ça… et elle n’a pas non plus tout à fait 13 jours : son but est d’aider l’humanité, résoudre les petits tracas de chacun (le plus de monde possible) pour collecter de l’énergie appelée « Radiance » qu’elle devra offrir à l’arbre Yggdrasil pour prolonger l’échéance jusqu’au 13e jour (au départ on n’en a que 6). Chaque personne à qui elle rend ce service seront alors accueillis sur le Nouveau Monde que Dieu est en train de créer. Pourquoi 13 jours ? Allez savoir, c’est le souhait d’un dieu. Si Lightning réussit, Serrah (sa sœur qui était l’héroïne du 2e opus) lui sera rendu. Sinon…

Cette première quête vous apprendra les subtilités de la gestion de votre temps

Cette première quête vous apprendra les subtilités de la gestion de votre temps

Comme dit plus tôt, une bonne connaissance de FF XIII est demandée. On retrouve les persos des 2 précédents opus, mais si on ne les connait pas, on aura du mal à les cerner, car ce n’est pas la taciturne Lightning qui vous déballera tout le CV de Snow (que l’on rencontre dès le début du jeu… et il a changé le bougre) alors que ce dernier nous attaque sans le moindre scrupule. Square Enix jouait déjà un jeu dangereux sur la trame de la compréhension scénaristique avec XIII-2 et ses voyages dans le temps plein de paradoxes expliqués de manière totalement contournée (comme le fait que les habitants de Cocoon puissent finalement utiliser la magie sans être des L’Cie)… ici, on n’est pas mieux lotis, mais ça reste encore compréhensif. Lightning est plus froide que jamais, dénuée de sentiments (Dieu les lui aurait retirés pour ne pas être embêté par de potentiels états d’âme de la guerrière), ce qui fait que le perso est devenu… fade, sans saveur. Lightning était déjà peu expressive dans les 2 précédents opus, mais la présence de sentiments nous permettait de nous y attacher. Là, on ne peut pas éprouver d’empathie pour elle, car elle n’est pas humaine, c’est un simple robot sans attaches, juste bon à faire ce qu’on lui demande et à être vêtue aux gouts du joueur comme une poupée Barbie. Heureusement que ce n’est pas le cas de tous les persos du jeu, mais Light étant la seule héroïne, c’est un mauvais point malgré tout.

Voici comment sont présentés les quêtes

Voici comment sont présentées les quêtes

La limitation temporelle n’est pas novatrice dans un jeu vidéo : sur le papier, c’est semblable à The Legend of Zelda : Majora’s Mask, mais ça reste un système presque inutilisé dans les jeux vidéos. L’idée est intéressante, car elle force le joueur à ne pas rester inactif. Une minute dans le jeu équivaut à environ 2/3 secondes réelles. Le temps se fige en cas de combat ou de séquence dialogue et certains évènements peuvent faire avancer le temps (dormir dans une auberge, prendre le tram, combattre dans l’arène, attendre via un choix l’heure précise pour une quête principale…) tandis que certaines options permettent au joueur de gagner du temps (se téléporter à un lieu précis ou le pouvoir de chronostase). Le joueur est contraint de tenir un agenda très serré pour accomplir les quêtes réparties en 3 catégories : les principales (résoudre les évènements majeurs d’une région et en apprendre plus sur l’histoire), les secondaires (les petits tracas de PNJ qui permettent de gagner de la radiance) et les « tableaux des souhaits » (Chocolina tient un tableau qui vous propose des petites quêtes consistantes à récolter des objets par terre ou en combat). Le principal intérêt des quêtes reste la radiance, mais vous y gagnerez également des gils et items… et des bonus de stats. Car oui, dans ce jeu, ce n’est pas le fait de combattre qui va vous faire progresser : Lightning se renforce en rendant les gens heureux et donc en accomplissant des quêtes. Notons d’ailleurs que le peuple n’est pas toujours inquiet par la fin du monde : certains envisagent d’ouvrir un restaurant même si ça ne sera que pour 24 heures, d’autres de reprendre leur ancien métier… tous parlent et agissent comme s’ils allaient survivre à l’apocalypse. Certes, ils connaissent la prophétie de la Libératrice, mais de là à croire qu’elle se réalisera pour eux… Les déplacements ont été peaufinés pour rendre Lightning extrêmement réactive : elle peut sprinter (au détriment d’une barre d’endurance qui, si elle est vidée, vous empêche non seulement de courir, mais aussi d’attaquer les ennemis et donc vous prendrez le premier coup), sauter, glisser le long d’une barre… bref, des déplacements sommaires, mais qui rendent les voyages plus dynamiques que ce à quoi on a été habitués dans les précédents FF. Pour le reste, Lightning dispose d’une jauge de « PE » qui lui permet de lancer des sorts que vous accumulerez au cours de vos voyages : vous pourrez geler le temps, vous téléporter à des endroits que vous avez déjà visités, vous soigner ou encore ressusciter une fois par combat (hors utilisation de queue de phénix).

Ne vous bornez jamais à une seule stratégie et analysez les forces et faiblesses de chaque ennemi

Ne vous bornez jamais à une seule stratégie et analysez les forces et faiblesses de chaque ennemi

Le système de combat a d’ailleurs été revu, car Lightning est désormais seule combattante dans ce jeu. En combat, elle dispose de 3 barres d’ATB (pour les nouveaux joueurs, l’ATB est une barre créée depuis le 4e épisode de Final Fantasy : quand elle est remplie, elle permet au joueur d’agir). Chaque ATB correspond à un « style ». Le style, c’est une forme de combat personnalisée par le joueur : elle comprend une tenue qui définit en soit les caractéristiques de Lightning, une arme, un bouclier, 2 accessoires, un ornement (juste là pour la déco) et 4 slots compétences (correspondant aux touches X, carré, Triangle et Rond). Il revient évidemment au joueur de peaufiner au mieux chacun des styles afin d’être paré à toute éventualité. Un système peaufiné et presque parfait… presque, car Lightning est seule sur le terrain et, de ce fait, se soigner devient difficile, en particulier à cause du fait qu’il n’y a plus de sort « soin » mis à part un pouvoir mentionné plus tôt. La seule alternative est l’utilisation d’objets… sachant que Lightning ne peut porter qu’un nombre limité d’objets (5 au début du jeu). Vous serez limité à 5 objets de soins toutes catégories confondues (régénération de PV, soigner les altérations d’état, les queues de phénix…) un véritable handicap pour une combattante solitaire. Notez toutefois que vous avez le choix entre le mode facile (les PV se régénèrent entre 2 combats et vous ne perdez pas de temps si vous fuyez) et normal (pas de regen de PV et fuir un combat vous fais perdre une heure), donc c’est à vous de voir. De plus, vous pouvez vous soigner hors combat via des Restaurants et auberges (le 2e vous fera toutefois perdre au moins une heure, mais si vous souhaitez attendre un horaire précis, c’est une bonne idée). Un système donc handicapant, mais uniquement si vous le souhaitez et qui vous pousse à prévoir plusieurs styles de combat pour varier les stratégies contre chaque monstre, chacun disposant de ses forces et faiblesses.

Le désert, un univers vaste et dangereux... mais glisser sur les dunes, c'est cool !

Le désert, un univers vaste et dangereux… mais glisser sur les dunes, c’est cool !

Pour le dernier opus de FF sur une console en fin de vie, Square Enix a mis le paquet sur le plan graphismes. C’est fluide, c’est coloré, ça n’arrache pas la rétine… sauf quand vous passez du monde au QG, là on vous conseille de fermer les yeux pendant le chargement. Pour la musique, on notera que les musiques de combat des deux précédents FF ont été reprises tout en en rajoutant des nouvelles, ce qui peut ravir quelques nostalgiques. En résumé… ce FF s’adresse aux fans avant tout, ou au moins ceux qui ont joué à XIII et XIII-2, car prendre le train en marche vous mènerait à une destination inconnue, vous serrez perdu en cours de chemin et finalement vous sauterez du train pour vous rendre à la gare la plus proche. Le jeu reste agréable et coloré avec une fin qui en ravira peut-être certains ou en décevra d’autres. Néanmoins, il est recommandé à ceux qui ont joué aux deux autres opus de faire ce jeu, même s’il ne leur plaira pas, ne serait-ce que pour enfin connaitre le fin mot de l’histoire et percer les secrets de Lightning.

En conclusion :

15/20 Graphisme : Pour une console en fin de vie, les graphismes sont époustouflants et les décors enchanteurs.
14/20 Bande son : Quelques musiques reprises de précédents opus et d’autres plutôt agréables
14/20 Jouabilité : Le fait de n’avoir qu’un personnage sur le terrain (sauf une ou deux petites exceptions) rend le jeu assez compliqué, notamment pour la dernière ligne droite.
8/20 Scénario : Lightning insensible, fin du monde dont tout le monde (ou presque) se moque, grand bordel scénaristique… imaginez s’il y avait eu un FF XIII-4
18/20 Durée de vie : Si vous tenez 13 jours et ne passez pas votre temps à l’auberge pour aller voir au plus vite la fin du jeu, comptez une trentaine d’heures… plus le new game +
-/20 Multijoueur : On peut croiser des PNJ qui vous enverront des images prises par d’autres joueurs, vous proposant au passage d’acheter une potion dont ils auront eu la gentillesse de se séparer… vous pouvez toutefois désactiver le message de joueurs plus avancez que vous, mais n’empêche que cette fonctionnalité est inutile et totalement dispensable.


A propos de l'auteur:

J'aime partager mes passions avec les gens. Je suis chargé de vous apporter des news toutes fraiches et des tests de jeux vidéo. Je me chargerais des consoles de jeu en général.

Articles relatifs

Ecrire un commentaire

Vous n'êtes pas connecté sur GamingTest.fr !

Merci de vous connecter ou vous inscrire afin de publier un commentaire.