Test Sleeping Dogs – PS3

17 janvier 2014, par , Pas de commentaires

Le modèle « GTA-like » a connu pas mal de variantes, chacun ayant sa particularité pour se démarquer du modèle standard. Un exemplaire a capté l’attention de tous, tant par le jeu en soit que sa réalisation houleuse. Sleeping Dogs aurait dû sortir comme étant le 3ème True Crime (“Hong-Kong”), mais abandonné par Activision, ce dernier a patauger dans la semoule quelques temps avant d’être repris et adapté par Square Enix, faute de droit.

La ville est gigantesque et parfaitement bien modélisée malgré un ou deux bugs

La ville est gigantesque et parfaitement bien modélisée malgré un ou deux bugs

Wei Shen, Hong-Kongois expatrié aux US pour devenir flic, retourne chez lui pour faire le ménage parmi les mafieux du coin. Pour cela, rien ne vaut les bons vieux copains sur qui il compte pour s’infiltrer parmi les gangs. Voilà donc notre cher Wei à travailler sur 3 tableaux : la police, la mafia, et sa propre pomme : il a une vengeance à accomplir. Une trame qui a l’air banale, digne d’un thriller hollywoodien à la sauce wasabi, mais on en reste pas moins charmé, souriant en voyant des références à quelques films pour peu qu’on soit cinéphile. L’histoire suivra donc son petit bonhomme de chemin rythmant vos aventures aux côtés de Wei à travers la ville, profitant de scénarios bien bâtit jusqu’au dénouement final. Étant donné le système du jeu semblable aux True Crime, on aurait espéré que la fin différerait comme dans ces derniers, selon à qui vous aurez témoigné votre allégeance, mais ça sera tout le monde sous la même enseigne, dommage.

De l'action, vous en aurez dans ce jeu, ça oui

De l’action, vous en aurez dans ce jeu, ça oui

GTA-like oblige, on conduit des voitures, on a des flingues et on tabasse les ennemis avec du kung-fu (qui a dit cliché?). La différence se faisant surtout sur la progression du héros : selon notre façon d’agir, on gagnera des points « triade » (les gangs) ou « police » qui débloquent des capacités en lien avec les points. De même, pour glaner quelques avantages, il est possible d’acheter de la nourriture pour se renforcer en vue d’une mission. Et si vous aimez la chasse aux items, vous pourrez chercher des autels de santé, des coffres remplis d’habits, des caméras de surveillance… inutilement indispensable, à moins que la collecte complète des items ne débloque autre chose qu’un trophée. Pour en revenir au kung-fu, le système de combat est assez classique : enchaînement de combos à la Jackie Chan, possibilité de débloquer des nouveaux coups, des finish moves (qui d’ailleurs utilisent l’environnement, ce qui est sympathique en soit) et autres joyeusetés. Dommage que l’IA soit perfectible et soit victime de la maladie du « j’attaque tout seul pendant que mes potes regardent ». L’action étant au cœur du jeu, il est normal que cette facette soit poussée dans ses derniers retranchements, mais il n’en est pas de même pour les fusillades qui sont… bateau : on se planque, on dégomme un ennemi voir même des barils d’explosifs (c’est connu que les ennemis ont toujours la bêtise de rester à côté d’un baril avec un logo « attention produit explosif »). Toutefois, ces séquences se comptent sur le doigt d’une main alors on ne va pas trop râler.

J'espère que vous n'êtes pas emophobe, sinon passez votre chemin

J’espère que vous n’êtes pas emophobe, sinon passez votre chemin

La réalisation est magnifique. On se prend à parcourir Hong Kong, batifolant parfois dans des quartiers chics et parfois au bled crasseux. Chaque PNJ semble avoir sa propre vie : plutôt que juste croiser quelques passants qui passent leur journée à marcher dans la rue, certains ont des occupations comme le jardinage ou le spectacle de rue. Un jeu au visuel parfait dans le moindre détail ? Pas vraiment : on trouve quand même des bugs graphiques par endroits. Pour ce qui est dans l’auditif, restons dans le GTA avec la célèbre écoute de radio en véhicules. Bruitages et musique sont de bonne qualité et… ben voilà, quoi, difficile de sortir un argumentaire complet dessus..

En conclusion :

16/20 Graphisme :Magnifique ! Hong Kong est parfaitement modélisé, les PNJ semblent bien vivants et font autre chose que marcher dans la rue (même s’ils font ça la plupart du temps), on est vite charmé.

16/20 Bande son :Les musiques et bruitages nous mettent parfaitement bien dans l’ambiance. On se perd à écouter chaque petit bruit avec délice

17/20 Jouabilité :Malgré une IA un peu neuneu, tant sur la fusillade que le combat, on doit reconnaître que le système de combat au corps à corps est dynamique et génial. Notre cher héros enchaîne les coups comme un fier guerrier, avec une grâce qui renverrait Bruce Lee et ses pairs se rhabiller.

14/20 Scénario :Malgré un scénario assez cliché, il faut reconnaître que l’histoire est vraiment prenante. Malheureusement, le fait qu’on ait plus de points triade que force de l’ordre (ou l’inverse) ne changera rien à la fin de l’histoire. On aurait aimé choisir notre propre fin, quand même.

14/20 Durée de vie : Pas vraiment long, le jeu décroche tout de même une bonne durée de vie avec toutes ses missions et quêtes annexes. Certes, le tout puissant Grand Theft Auto nous a déjà offert des jeux plus longs, mais on peut faire de bons jeux sans que ça soit forcément long.


A propos de l'auteur:

J'aime partager mes passions avec les gens. Je suis chargé de vous apporter des news toutes fraiches et des tests de jeux vidéo. Je me chargerais des consoles de jeu en général.

Articles relatifs

Ecrire un commentaire

Vous n'êtes pas connecté sur GamingTest.fr !

Merci de vous connecter ou vous inscrire afin de publier un commentaire.