Test – Never Alone

Article communautaire publié par le 24 février 2015, Pas de commentaires

Never Alone (Kisima Innitchuna) est un jeu de puzzle-plateforme jouable en coopération, développé par le studio Uppon One Games. Merveilleux par l’atmosphère glaciale qui s’en dégage, cet opus est susceptible de vous couper le souffle. Les développeurs nous retranscrivent l’héritage d’un peuple d’Alaska : les Inupiaqs. Sorti sur PC, XBOX ONE et PS4, l’univers du jeu indé a réservé une petite surprise qui va donner froid aux yeux …

471636180_1280x720

L’aventure commence avec la jeune inuit portant le nom de Nuna, dans un décor très blanc et scintillant où règne le blizzard. Perdu et voulant retrouver son chemin jusqu’à son village, elle fait la rencontre d’un renard arctique qui a la capacité de communiquer avec les esprits de la nature. Ce renard blanc est le deuxième personnage jouable du jeu, en solo, il vous suffit de presser une touche pour intervertir les deux protagonistes. Nos deux jeunes héros se lient d’amitié avec en prime une jolie cut-scene pour nous attendrir. Une fois arrivé au village, la jeune fille est forcée de constater qu’une catastrophe a eu lieu. Après ces évènements, Nuna et son nouvel ami décident de se lancer dans la quête liée à l’origine du blizzard pour faire cesser la famine qui pèse sur son village. On s’aventure donc par la suite dans les différents décors du jeu (banquise, forêt, grotte…) avec des puzzles et énigmes sans grande difficulté, c’est avant tout plus par l’histoire que par son gameplay qu’on se laisse tenter.

NeverAlone-1

Un gameplay qui se veut ni fun ni dynamique, c’est avant tout une expérience qui se joue au calme réclamant une profonde attention. L’accompagnement de l’héroïne tout au long de l’histoire se fait sans changement particulier en termes de compétence. Elle trouve cependant un Bolas au cours de son aventure, un outil destiné à la chasse qui ressemble à un filet avec plusieurs pierres aux extrémités. Il faut le lancer sur la proie pour qu’elle y soit piégé, ici il n’est pas question de chasser de pauvres animaux. On est les amis de la nature, voyons. Cet objet va servir à casser la glace qui fait obstacle sur son chemin. Le mode coop se fait à tout moment en pleine partie à l’aide d’une seconde manette. Le problème c’est que Nuna est souvent dans l’attente des actions du renard et se retrouve à faire deux fois moins de choses qu’en solo.

485501856_640

 

La première version du jeu sur PC présenté de nombreux bugs. Ils ont été relativement corrigés depuis sa sortie sur consoles de salon avec le patch 1.1, mais le résultat reste rigide et imprécis dans la jouabilité. C’est un jeu de plateforme très basique, passant de niveau en niveau en sautant sur des esprits pour escalader des murs, en grimpant à des cordes, et tout ça ne serait possible sans notre cher ami le renard. Ce jeu ne va pas nous faire vivre des sensations intenses lors de la prise en main, par contre c’est un jeu qui a beaucoup de charme, qui va vous envouter pendant quelques petites heures où l’on va se retrouver pris d’affection pour nos deux compagnons, se baladant dans la neige avec une bande son tout à fait remarquable. Elle se veut poétique et agréable à écouter, se laissant bercer par les chants Inuit. Uppon One Games a opté pour le moteur Unity, prisé par beaucoup de studio de développement depuis quelque temps, a fait ses preuves et continue de les faire quand l’on observe ces paysages sublimes. Ces belles couleurs froides sont en totale adéquation avec l’esprit du jeu et c’est un vrai plaisir pour les yeux.

E-Line_NeverAlone_6

La richesse de ce soft est due pour beaucoup à ce qu’on pourrait appeler « la minute culture ». Ce sont des vidéos sous formes de reportage déblocables au cours du périple de la jeune héroïne qui nous permet d’en apprendre plus sur toute la culture Inuit, qui éveillera la curiosité de la plus parts des joueurs. Une touche fortement appréciable quant à sa superbe qualité de réalisation et d’intervenants qui livrent les détails de l’histoire de leur tribu. Au total, ce sont pas moins de 24 notions culturelles qui sont disponibles, comptez 3 à 4 heures pour en voir le bout sans réelle nécessité de le recommencer pour tout débloquer. Une section « chapitre » dans le menu vous aidera à revenir à un endroit de l’histoire si vous avez oublié des succès. Never Alone n’est certainement pas le jeu de l’année mais c’est la petite douceur à apprécier cet hiver. Vous laisserez-vous tenter ?

 

Conclusion : 

  • 15/20 Graphismes : On en attend pas moins du moteur Unity, c’est beau sans en faire trop.
  • 17/20 Bande son : La musique est parfaitement adaptée. Elle nous transporte dans ce fantastique univers et nous fait vivre une superbe expérience.
  • 18/20 Scenario : Un scénario attachant et intéressant d’un point de vue historique. Découvrir l’histoire de cette Tribu des natifs d’Alaska de façon ludique est très prenante.
  • 12/20 Jouabilité : Un gameplay très imprécis qui peut nous faire nous acharner sur un endroit difficile à passer et qui nuit à la qualité du jeu. Une jouabilité plus fluide au niveau des sauts et des réceptions aurait était un plus.
  • 12/20 Durée de vie : Un titre de 4h proposé en dématérialisé au prix de 14.99€, peut-on vraiment lui reprocher face à certains blockbusters vendu à 70€ ?
  • 13/20 Multijoueur : Il est plaisant de partager cette aventure mais n’apporte aucune nouveauté.

Ecrire un commentaire

Vous n'êtes pas connecté sur GamingTest.fr !

Merci de vous connecter ou vous inscrire afin de publier un commentaire.