Test : Far Cry 4

Article communautaire publié par le 6 août 2016, Pas de commentaires

Après un 3e épisode très apprécié du publique, Far Cry, le FPS narratif en monde ouvert d’Ubisoft revient en force avec un 4e opus très attendu du publique. Même si le jeu s’inspire beaucoup du gameplay de son prédécesseur, il ajoute toutefois quelques nouveautés intéressantes. Mais suffiront-elles à lui faire connaitre un succès digne de son prédécesseur, ou restera-t-il un Far Cry 3.5 ?

Le jeu commence avec une cinématique mettant en scène le héros principal du jeu, Ajay Ghale, à la frontière de son pays natale, la région fictive de Kyrat, en Himalaya. Mais son entrée au pays ne se passe pas comme prévu, et il devient l’invité spécial de Pagan Min, le méchant dictateur du jeu. Il parvient à s’échapper du palais de Pagan avec l’aide des rebelles du « Sentier d’Or ». S’ensuit une poursuite en voiture, un accident et… Ajay passe tout d’un coup de l’innocent jeune homme américain à un tueur en série, chasseur hors normes et deviendra donc une machine de guerre au service des rebelles. Bref je passerai sur cette incohérence narrative pour parler de l’ennuyeux mais indispensable tutoriel, d’une durée d’au moins 20 minutes pour les joueurs les plus aguerris. C’est en fait un long couloir rocheux plein de végétation dans lequel Ajay va découvrir les possibilités meurtrières que lui offre le gameplay, et qui sont en clair les mêmes que Far Cry 3 excepté la possibilité de jeter un bout de viande pour attirer un prédateur.  Et c’est à la fin de ce tutoriel que le jeu commence enfin, et que le monde ouvert dévoile ses possibilités.

Ce que l’on remarque au premier coup d’œil, c’est que graphiquement, le jeu est beau. Et surtout qu’il est plutôt bien optimisé. Je ne parle pas là des innombrables bugs que vous rencontrerez un peu partout, mais les performances ne sont pas à la traine, et le jeu pourra sans conteste tenir sur une config plutôt moyenne, même si il faudra faire des concessions sur le niveau de détail. Et ensuite, que le monde ouvert est vraiment un monde ouvert, très grand et sans le moindre temps de chargement une fois arrivé dans le jeu, et la sensation de liberté proposée par cet open world est vraiment très agréable. De plus, l’histoire est plutôt bien écrite et les missions profitent très bien de cet open world en vous permettant de choisir votre approche pour accomplir chaque objectif. Vous pourrez d’ailleurs aborder l’histoire de plusieurs manières différentes grâce à la guerre interne qui oppose les deux chefs du Sentier d’Or. En effet, certaines missions vous demanderons de choisir entre deux objectifs que vous proposeront ces deux chefs. Anita est très progressiste, elle veut faire avancer le monde même si cela doit coûter de nombreuses vies, et Sabal est très attaché au passé et aux traditions. Cet ajout permet une bonne rejouabilité car les missions et la suite de l’histoire diffèreront en fonction de votre choix. L’intelligence artificielle, même si elle n’est pas désastreuse, manque un peu… d’intelligence en fait, mais ça ne vous gâchera le plaisir d’exécuter trois ennemis d’affilé puis d’en achever un suivant avec le pistolet de son camarade pour vous extirper avec force d’explosions retentissantes… hum.

Maintenant, parlons des différences avec l’opus précédent qui donnent à ce Far Cry la légitimité de porter un vrai 4. D’abord, l’information qui a suscité un grand intérêt du publique : l’ajout d’un nouveau moyen de déplacement qui n’est autre qu’un… éléphant ! En effet il est très grisant de faire voler des véhicules et autres ennemis en éclat à grand coup de défenses. C’est donc un ajout très intéressant, même si les éléphants sont peu nombreux et rarement efficaces pour les missions et objectifs : après de nombreux essais, impossible de faire monter l’éléphant à une emblématique  tour radio, qu’il faut débloquer pour avoir une meilleure vision sur la carte et débloquer des armes gratuitement. Et accessoirement faire baisser l’influence de la propagande de Pagan. On retrouve d’ailleurs ces tours radios dans presque tous les jeux d’Ubisoft, de Assassin’s Creed à Watch Dogs en passant par The Crew, ces tours déblocables sont toujours présentes. Un autre ajout est l’escalade à l’aide de grappin, qui aurait été une idée géniale si elle était possible sur plus de parois. Malheureusement, la grimpe n’est accessible que sur certaines zones de falaises assez rare. A noter que certaines de ces zones de grappin peuvent être utiles pour infiltrer une forteresse ou se placer en hauteur pour user de sa lunette haute précision. L’ajout de la conduite automatique est aussi très bien pensée, car elle permet au joueur de vaquer à ses occupations pendant ces longs moment de déplacement à travers la map, même si la conduite aurait pu être plus fiable. Il arrive en effet que la voiture s’arrête net à 300 mètres du point, ou que la collision avec un autre véhicule ou élément de décor vienne stopper votre avancée. La rencontre avec des ennemis peut être dangereuse si vous ne vous trouvez pas devant votre écran. Un dernier point sur les différences, l’ajout de la coopération en ligne, même si elle n’intéressera pas tout le monde, est un ajout majeur. Elle permet en clair de faire venir un ami ayant acheté le jeu sur votre map et de débloquer différents objectifs secondaires florissant sur la map, à deux. Le monde ouvert se porte à merveille à ce mode de jeu, même si la campagne ne peut être continuée qu’en solo. Et, malgré les nombreux bugs que présentent ce mode de jeu, c’est tout de même très amusant et les problèmes sont vite oubliables.

Conclusion :

18/20 Graphismes : Le jeu est magnifique et le monde est très bien conçu pour une immersion excellente.

16/20 Bande Son : Musiques et bruitages excellents et VF de bonne facture, le tout pour un rendu audio très appréciables et une immersion des plus réussie, surtout avec un casque.

10/20 Scénario : Suffisamment bon pour adhérer au monde, trop mauvais pour s’y sentir réellement impliqué, le scénario est tout juste.

12/20 Jouabilité : Jeu très agréable mais repli de bugs qui gâchent un peu l’expérience.

19/20 Durée de vie : La campagne solo est très longue, comptez au moins 20 heures de jeu, et la rejouabilité est très bonne, d’autant plus que le mode coop donne une bonne raison de faire les missions secondaires. Reste à voir si vous aurez envie de retenter l’expérience…

Ecrire un commentaire

Vous n'êtes pas connecté sur GamingTest.fr !

Merci de vous connecter ou vous inscrire afin de publier un commentaire.