Test Monster Hunter 4 Ultimate – Nintendo 3DS

2 avril 2015, par , Pas de commentaires

La série de jeux de chasse la plus épique de l’univers vidéoludique revient enfin sur nos chères consoles 3D. Depuis plus de dix ans, cette série nous embarque dans ses expéditions plus incroyables les unes que les autres pour notre plus grand bonheur. D’abord sur PS2 et PSP puis et depuis 2010 sur Wii et 3DS. La série de chez Capcom connait d’ailleurs un succès si énorme au Japon qu’elle a même droit à des épisodes exclusifs au pays. Le dernier né de la famille est arrivé le 13 février dans les étagères européennes et américaines et se fait fort d’être un des jeux phares de la New Nintendo 3DS en donnant une utilité au nouveau stick « c » présent sur la console. Le jeu est-il aussi épique et génial voir plus que ces prédécesseurs ou est-il devenu aussi mollasson qu’un Yian Kut-Ku arthritique ?

Oui, la petite péniche en dessous du monstre, c'est celle des chasseurs.

Oui, la petite péniche en dessous du monstre, c’est celle des chasseurs.

Vous êtes donc… Vous, le chasseur débutant faisant route vers votre première destination avec un homme appelé Le Caravanier qui vous emmène en bateau sur une mer de sable. Il vous montre une sorte d’écaille verte brillante dont il veut connaitre l’origine lorsque tout à coup la petite équipe se fait attaquer par un énorme Léviathan des sables, le Daren Mohran. Vous allez devoir lui exploser les dents avant de pouvoir accéder au village. Une fois la bête écartée et de retour au village, votre ami vous présente comme le grand héro ayant chassé le gros monstre et vous commencerez alors votre boulot de chasseur au sein de La Caravane. Avec cette entrée en la matière, on n’a qu’une envie, continuer pour casser encore du monstre géant. Le jeu se présente donc comme ces ainés, à savoir un bon gros hack’n slash où l’on chasse des monstres plus impressionnants les uns que les autres. Le bestiaire du jeu est d’ailleurs (comme toujours) assez impressionnant. Il comprend une vingtaine de « petits » monstres qui vont du petit chat voleur au gros Aptonoth qui fera en quelque sorte office d’usine à viande et surtout, il comprend une soixantaine d’énormes monstres avec leurs sous-espèces allant du mythique Rathalos au terrifiant Gore Magala, monstre emblématique du jeu, en passant par le Diablos noir. Le principe du jeu n’a pas changé, il faut chasser ces monstres afin de les dépecer ainsi que récolter minerais, plantes et insectes afin de créer des tonnes d’armures, d’armes et d’objets pour vous aider à avancer dans l’aventure. Vous pourrez forger une multitude d’armes différentes avec deux nouvelles catégories dans cet opus. La première est l’arme présentée dans la cinématique d’introduction, l’Insectoglaive. Cette arme se présente comme un genre de lance associée à un Kinsect, une sorte de scarabée que l’on pourra lancer sur l’ennemi pour le faire attaquer et butiner dans le but d’améliorer temporairement la puissance de l’arme. La seconde est la Volto-Hache. Elle combine la rapidité de l’épée avec bouclier, la garde de la lance et la puissance de la hache de la Morpho-Hache en une seule arme. Les attaques à l’épée permettent de charger des fioles qui vont pouvoir être utilisées en mode hache pour asséner un combo dévastateur pour le monstre chassé si vous arrivez à le placer en entier. Ces deux nouvelles armes donnent accès à de nouveaux styles de combats fantastiques et assez techniques qui sont les bienvenus. On pourra cependant reprocher une trop grande diversité dans les armes avec 14 types différents possédant chacune des arborescences de forge très denses où l’on peut facilement se perdre en cherchant l’arme qu’on souhaite forger.

Voici à quoi ressemble l'Insectoglaive.

Voici à quoi ressemble l’Insectoglaive.

Le jeu reste résolument fidèle à l’essence de la série au niveau du gameplay. Vous vous baladez sur une carte afin d’accomplir une quête qui va vous rapporter de l’argent et des ressources pouvant être utilisées pour acheter et créer de l’équipement. L’opus apporte tout de même des nouveautés par rapport aux anciens opus. En parlant de nouveauté, vous pouvez désormais sauter sur les monstres et faire un rodéo sur leur dos et parfois aussi sur leur ventre. Cette option offre un gain tactique indéniable. Certains monstres très compliqués et quasiment inapprochables par le dessous pourront désormais se faire attaquer par le dessus et prendre de gros dommages. Mais tout n’est pas gratuit non plus, il faudra sauter à partir d’un rebord et résister aux tentatives des monstres de vous décrocher de leur dos. On a cependant perdu la nage dans ce nouvel épisode, qui apportait pourtant une richesse de gameplay supplémentaire dans MHtri et MH3U. On a aussi accès à plusieurs villages différents qui auront chacun leur service exclusif. Un village permettra de rénover des armes et armures rouillées, un autre vous permettra de recycler vos charmes inutiles, un autre permettra d’héberger vos compagnons de chasse, les felynes. Ceux-ci sont très utiles en quêtes et seront d’une grande aide grâce à leurs capacités. Point négatif en revanche, on ne peut pas changer de camarade principale de tout le jeu. Les camarades auront aussi des utilités autres sur leur île en pouvant vous aider à pêcher avec un grand filet et en faisant des expéditions seuls pour récolter des débris et forger des armures pour protéger leur frimousse. Cela offre beaucoup de contenu et vous permettra d’améliorer la défense et les dégâts de vos chats à peu de frais. Le niveau de vos chats augmentera à mesure que vous faites des expéditions avec et vous récupèrerez des compagnons au fil du jeu. Il faudra cependant gérer leur motivation pour qu’ils restent efficaces en toutes circonstances. Vous pourrez enfin partir en expédition dont la diversité des monstres rencontrés augmente à chaque nouvel adversaire vaincu et qui, grande nouveauté se déroule dans une carte générée aléatoirement parmi une vingtaine de zones disponibles, reliées entre elles aléatoirement. Vous vous lasserez donc plus difficilement de ces expéditions qui pouvaient devenir rapidement redondantes dans les jeux précédents. Vous pourrez y récupérer camarades, équipement rouillé puissant et costumes pour votre cochon de compagnie.

Il faut savoir rester courageux face au Gore Magala.

Il faut savoir rester courageux face au Gore Magala.

Les graphismes sont à la fois un point fort et un point faible dans le jeu. C’est un point fort, car c’est certainement un des jeux les plus détaillés au niveau des textures et du décor. Les environnements sont magnifiques et peu répétitifs, les monstres sont tous magnifiques et les effets visuels sont géniaux. Cependant c’est aussi un point faible dans la mesure ou les graphismes n’ont jamais vraiment évolué au fil des épisodes et peuvent donc parfois, mais très rarement laisser échapper un tas de pixels. La bande-son est quant à elle toujours aussi bien composée avec des fanfares de fin de mission qui rendent épique n’importe quelle quête, même celle des champignons et des musiques de combats entrainantes. L’absence de musique quand il n’y a pas de gros monstre est peu dérangeante dans les quêtes de chasse où l’on rencontre un monstre au bout de deux zones, mais cela peut rendre les ballades ennuyeuses dans des quêtes de transport qui peuvent se révéler assez longues. On appréciera la durée de vie astronomique du jeu. Vous pourrez enchainer des centaines d’heures à casser du monstre sans pour autant avoir fini toutes les quêtes. D’autant plus qu’il y a des quêtes à faire préférablement à plusieurs en coop en ligne ou en local, autre bon point du jeu. Chasser avec d’autres joueurs d’autres pays s’avère très jouissif et souvent très comique. En somme, nous avons ici un nouveau Monster Hunter qui reste très classique sur le fond, mais se révélant rempli de surprises et de nouveautés dans le gameplay et dans les objectifs. Les felynes seront d’une grande aide au cours des chasses et la diversité d’arme bien que trop grande permettra en outre une grande diversité de stratégies pour abattre un monstre récalcitrant. La seule réelle tare de cet opus est finalement d’avoir abandonné la possibilité de nager et de chasser des Léviathan sous l’eau comme le Lagiacrus, monstre phare de MHtri et MH3U. Il s’agit donc d’un jeu que tout possesseur de 3DS devrait posséder dans sa ludothèque, qu’il soit néophyte ou vétéran de la série.

En conclusion :

14/20 Graphismes : Les graphismes sont assez réussis et d’autant plus pour une console portable. Les décors sont somptueux, les monstres sont très beaux et les effets visuels sont très vifs. Cependant il n’y a pas de réelle évolution de la qualité des textures et des monstres et des pixellisations sont parfois visibles.

17/20 Bande son :  La bande-son offerte ici est de qualité et toujours adaptée à la situation. Les villes sont rendues vivantes et les combats entrainants. Il faudrait cependant jouer au jeu avec un casque pour en profiter pleinement.

14/20 Scénario : Le début du jeu, la quête de l’origine de l’écaille du Caravanier et la lutte contre le Gore Magala et les monstres infectés par un « virus de frénésie » sont intéressantes, mais le scénario est assez vite occulté par les missions de guildes qui n’ont rien à voir avec l’histoire.

17/20 Jouabilité : Le gameplay est impeccable par la fluidité des mouvements et l’agilité du chasseur et riche grâce à une grande diversité d’armes qui offrent un grand nombre de styles de jeu.  Cependant ce trop grand choix d’armes et de chemin d’arborescence dans la forge peut égarer le plus aguerri des chasseurs. La possibilité de sauter et faire un rodéo sur le monstre pour lui faire des dégâts est par ailleurs un excellent ajout tactique et la courbe de difficulté du jeu est savamment gérée.

18/20 Durée de vie : On pourra passer des centaines et des centaines d’heures sur le jeu et pourtant ne pas avoir fait la moitié des quêtes proposées. Il y a donc un potentiel de durée de vie énorme. Peut-être trop énorme.

16/20 Multijoueur : Faire des quêtes avec des gens de partout et qui ne sont parfois faisables que de cette façon est très jouissif. L’accès est simple et on commence à s’amuser très vite. On sera malheureusement parfois bloqué sur des quêtes difficiles, car on ne trouvera personne pour les faire et nous sommes aussi peu incités à le faire en début de partie tant il y a de quêtes à accomplir seul dans le jeu avant de vraiment devoir jouer en ligne.

A propos de l'auteur:

Articles relatifs

Ecrire un commentaire

Vous n'êtes pas connecté sur GamingTest.fr !

Merci de vous connecter ou vous inscrire afin de publier un commentaire.