Test Dragon Age Inquisition – Xbox One

15 décembre 2014, par , 4 Commentaires

Si Dragon Age Origins fut bien accueilli par la communauté, il en fut autrement pour son petit frère.  En effet, le petit deuxième de la série n’avait certes pas plus à tous et les amateurs avaient été laissés avec un goût amer en bouche. On se souviendra que Bioware en souhaitant capitaliser sur la réputation que s’était forgée Dragon Age Origins avait sorti le second volet de la série avec empressement et trébucha en changeant l’orientation du jeu fondée sur les combats à saveur stratégique et les environnements aux relents d’immensités. Les joueurs étaient donc en droit de s’attendre au meilleur comme au pire pour ce qui allait composer l’essentiel de l’aventure qui attendait les membres de leur Inquisition. Heureusement, Dragon Age Inquisition est la preuve vidéoludique que certains développeurs de l’industrie savent apprendre de leurs erreurs de parcours.

dragon age 3Une décennie après les événements qui ont pris place dans Dragon Age Origins et quelques années seulement après Dragon Age II, Thedas, est soumis à une précarité physique et politique sans précédent. Après une explosion ravageuse, pendant une tentative d’accord de paix entre les Mages et les Templiers, qui laissera plusieurs de ses acteurs pour morts, on se retournera vers vous, un mystérieux survivant se réveillant avec une main désormais scintillante, pour refermer les failles laissées derrière par ce bouleversement. C’est donc sous ce ciel déchiré par une fissure diabolique dans le Voile que plusieurs continueront à agir par intérêts personnels en poursuivant leurs guerres et leurs querelles politiques. Fatalement, au travers de toute cette chamaille, l’énigmatique pouvoir que vous aurez acquis lors de la détonation, fera de vous le candidat idéal pour rétablir l’ordre au ciel comme sur terre à Thédas. Ceci n’est que la pointe de l’iceberg scénaristique étalé par les créateurs du jeu. Le scénario avec ses nombreux niveaux d’interactions avec le joueur est complexe, profond et s’apprivoise bien.

dragon age inquisitionDès le début du jeu on vous demandera de personnaliser votre protagoniste autant au niveau physique que caractériel. Trois classes et races seront mises à votre disposition et tous viennent avec leurs lots de capacités. Aussi, vous choisirez votre sexe et individualiserez vos traits physiques du mieux que vous le pourrez, ou si vous préférez, vous aurez également la possibilité de choisir des visages prédéfinis. Avec son excellent ficelage scénaristique, les créateurs ont su raccorder complexité et profondeur avec jouabilité et prise de décision. Votre nouveau rôle d’inquisiteur en chef vous conférera plusieurs pouvoirs et plus votre niveau de pouvoir est élevé, plus vous pourrez débloquer de missions et de nouveaux espaces à explorer par l’entremise de la table de guerre. Il est facile de se perdre dans les terres de Thédas. Les environnements visuellement à couper le souffle sont énormes et comportent leurs lots d’ennemis que le joueur rencontrera en s’attaquant à une multitude de missions principales et secondaires. D’ailleurs, il est préférable de se trouver un cheval le plus rapidement possible tant il y a à parcourir. Des forêts humides aux déserts arides en passant par des montagnes hivernales, qu’il soit pur-sang ou fantaisiste, le cheval saura aider le joueur dans sa découverte de zones toutes plus diversifiées et énormes les unes que les autres. Pour des fins de contexte territorial, on peut souligner au passage que le premier territoire à lui seul, les Hinterlands, a une plus grande superficie que Dragon II au grand complet.

dragon age 4Y a-t-il suffisamment d’activités pour venir justifier une telle énormité territoriale? Oh que oui! On pourrait même aller jusqu’à faire état de mention que certaines d’entre elles relèvent purement du remplissage de contenu, mais ça se pardonne. On finit par se dire qu’il y a tellement à faire dans cette virtualité grandeur nature que c’est normal qu’il y en ait pour tous les goûts. Comme dans tout bon et énorme jeu de rôle, Dragon Age vous proposera, au travers ses nombreuses missions principales et secondaires une panoplie de choses à exécuter et à personnaliser pour vous aider à mener vos projets de sauveur le monde à terme. Il est fortement recommandé de ne rien laisser de côté. Le joueur se facilitera en effet la tâche en prenant le temps de cueillir des herbes, concocter et modifier des potions, bricoler son armement et ses armes, résoudre des énigmes célestes, etc. En tant qu’inquisiteur en chef, du haut de votre trône une fois le « Skyhold » débloqué, vous devrez également prendre des décisions concernant l’avenir de citoyens qui ont enfreint le code de conduite préconisé pas l’Inquisition. Les peines que vous infligerez peuvent aller du simple exil temporaire à la décapitation du fautif de votre propre main.

dragon age 2Il va sans dire, la diversité est au menu quand vient le temps d’énumérer tout ce qu’il y a à faire à Thédas. Quand le joueur ne sera pas en train de discuter avec quelqu’un ou encore en train d’explorer rêveusement les magnifiques contrées de Dragon Age III, c’est qu’il aura plus important à faire et nombreux sont les ennemis qui souhaiteront l’en empêcher. Le système de combat mis en place afin de combattre ces derniers est bien équilibré et s’apprivoise superbement même sur console. D’ailleurs, si le combat stratégique n’est pas votre plat, le joueur n’a qu’à mettre le niveau de difficulté au plus bas et le jeu se complète bien sans faire usure de la stratégie. Pour les autres, vous serez ravis d’apprendre que Bioware revient à ses « Origins ». Sur console, il s’agit de simplement appuyer sur un bouton et le temps s’arrête. Vous pouvez alors choisir les actions à accomplir par chacun des personnages de votre clan, leurs positions ainsi que les ennemis qu’ils doivent attaquer. S’il leur faut une potion afin de se raviver, cette action aussi est disponible via ce même système. Au départ toute cette information peut donner des maux de tête, mais ce n’est qu’en apparence. Le système est simple et très bien fait mis à part quelques petits bugs de caméras. Heureusement, ces bugs surviennent en temps arrêté.

dragon age 1Le plus grand défaut du jeu en est un petit et c’est sans doute dans la bande-son qu’on le retrouve. La trame musicale, c’est peut-être un peu subjectif, mais il est juste d’affirmer qu’elle s’acquitte bien de sa tâche à immerger le joueur dans le splendide univers fantastique de Thédas. Le son fait surtout défaut au niveau climatique. L’orage sonnera parfois comme une simple averse ou encore la tempête de sable nous donnera plus l’impression d’un simple coup de vent poussiéreux. Sinon, il est difficile de redire quoi que ce soit concernant la bande-son du jeu. Les difficultés sont mineures et plus souvent qu’autrement elles sont climatiques ou relèvent de petits bugs lors des cinématiques. Rien de bien grave autrement dit. Le troisième de la série de Bioware, qui n’est pas une fin à une trilogie comme Mass Effect 3, saura ravir autant les amateurs de jeu de rôles que ceux qui se cherchent une porte d’entrée dans ce genre de jeux. Il y a beaucoup à faire dans ce jeu. Dragon Age Inquisition peut tout aussi bien être un jeu incroyable d’une quarantaine d’heures comme il peut devenir une aventure mémorable de plus d’une centaine d’heures. À ce propos, s’il le désire, le joueur peut aller faire un tour dans l’option du multijoueur, qui est étonnamment très bien conçu pour compléter missions et châteaux en groupe. Il est toutefois à noter que Dragon Age est un jeu qui s’apprécie essentiellement en mode solo.

En conclusion:

17/20 Graphisme: À couper le souffle, ce merveilleux monde sait faire rêver. La nouvelle génération commence à montrer ses dents grâce au nouveau jeu de Bioware qui établit de nouveaux standards de base pour les immenses jeux.

15/20 Bande-son: Très bon son et bonne musique. Les changements climatiques manquent parfois un peu de crédibilité, mais sinon rien de majeur. Aussi petits bugs ici et là. Toutefois, dans l’ensemble on croirait être à Thédas.

17/20 Scénario: Avec un monde aussi grand et ambitieux, le travail d’y raccorder un scénario crédible et fidèle aux ambitions similaires n’allait pas s’avérer facile, mais Bioware réussis très bien cette prouesse scénaristique avec une histoire riche en détail et les interactions du joueur à des moments opportuns sont les bienvenues dans la recette.

17/20 Jouabilité: Système de combat qui revient à ce qui lui avait donné une solide réputation et qui combine bien action et stratégie. Du niveau de difficulté le plus bas au plus haut niveau, tout se joue différemment et c’est une qualité puisque tout demeure équilibré.

18/20 Durabilité: Que dire de plus, qu’il est difficile de concevoir qu’un joueur pourrait passer moins d’une soixantaine d’heures dans Dragon Age Inquisition?

13/20 Multijoueur: Belle addition. Étonnamment bien conçu et poli, cet ajout demeurera dans l’ombre du mode solo.

A propos de l'auteur:

Je suis un GAMER Québécois fier et un auteur passionné. J’ai publié mon premier roman, Pigeon sur rue, en mars 2014 aux éditions Des Immortels au Québec. Étant un travailleur infatigable et imaginatif, je travaille déjà à la rédaction d’un deuxième récit. Mes temps libres se composent de mes enfants et lorsqu'ils dorment c'est ma console Xbox one qui prend le relais.

Articles relatifs

4 Commentaires

  1. musicninja2 15 décembre 2014 à 17 h 29 min

    Impressionnant examen approfondi! Je suis d’accord avec le fait que les cycles climatiques et jour / nuit serait formidable, mais à part ça je aime le jeu tellement. Je pense que Bioware a fait un excellent travail de fixation de leurs erreurs pour créer un jeu vraiment génial qui tiendra dans les années à venir. Encore une fois, grande revue!

  2. PrincessZelda 15 décembre 2014 à 20 h 15 min

    Je vais l’acheter!

  3. Hedi Servant 16 décembre 2014 à 18 h 53 min

    Le jeu à l’air vraiment excellent ! Et puis il a été élu jeu de l’année au Games Awards ! Aucune excuse pour passer à côté !

  4. Ric God2068 16 décembre 2014 à 22 h 37 min

    C’est vrai!

Ecrire un commentaire

Vous n'êtes pas connecté sur GamingTest.fr !

Merci de vous connecter ou vous inscrire afin de publier un commentaire.